!
Prochaine épreuve : Rallye des Jardins de Sologne le 7 septembre
Résumés

Rallye du Pays Avallonnais 2010

Benoît LOBREAU / Damien GARRET - F2000/13 - n°62

Pour le premier rendez-vous de 2010, le froid et la neige se sont invités et ont contraint les organisateurs à retarder le départ du rallye d’environ une heure. Seuls 7 équipages sont au départ dans la classe F2000/13, au lieu des 9 voitures engagées, la météo et quelques ennuis mécaniques ayant eu raison de certains favoris... Du côté du Lion, la motivation est là. Benoît porte le numéro 62...

Dès la sortie du parc fermé, premier ennui pour Benoît qui a crevé juste avant le podium de départ... Pas un gros souci pour autant, une assistance est prévue avant le départ de l'ES 1. Un changement de roue express et en avant pour les épreuves spéciales : la première boucle compte 2 spéciales : la première de 4,4 kilomètres (Cousin - Les Remparts) et la seconde de 7,8 kilomètres (St Brancher - Sully). 3 minutes avant le départ de la première spéciale de l'année, la voiture cale et il faut près de 2 minutes pour la redémarrer. Mais Benoît est dans les temps, et se présente au départ.

Il part donc à l'assaut des remparts d'Avallon. Pas de problème au tout début, mais, après quelques centaines de mètres seulement, le moteur (encore lui...) donne des signes de faiblesse : il "ratatouille" ! Benoît continue jusqu'aux remparts en fin de spéciale et là, dans l'une des dernières épingles, en effectuant un rétrogradage un peu appuyé, il perd l'usage d'une partie de la boîte de vitesse et termine l'épreuve (une jolie montée), avec seulement le 4ème rapport. Il passe la ligne d'arrivée et prévient immédiatement Alain des soucis moteur. Pour la boîte de vitesse, Benoît répare lui-même (c'est la tringlerie de commande de boîte de vitesse qui a sauté). Côté moteur, l'allumage est mis en question, et Alain part à la recherche de diverses pièces (une tête d'allumeur, des câbles...) au milieu de l'assistance (pas de pièces de rechange sur place), pendant que Benoît prend le départ de la seconde spéciale quelque peu énervé ! Pas de nouvelles mésaventures dans l'ES 2, mis à part un comportement général de la voiture très perfectible, surtout au niveau du train arrière. Les temps ne sont pas exceptionnels, en raison du manque de relance du moteur qui tourne sur 3 cylindres, mais l'équipage se maintient au classement (3ème de classe pour 3 secondes).

A la fin de cette seconde spéciale, une assistance d'une heure est prévue. Mais, le retard pris en début de rallye impose aux organisateurs d'annuler l'ES 3, et l'assistance qui la précédait, ce qui contraint Benoît à laisser sa voiture au parc fermé sans avoir résolu son problème. Alain a néanmoins trouvé une tête d'allumeur et des câbles (au magasin libre service d'en face), et tout est fin prêt pour l'assistance du lendemain à la sortie du parc fermé.

Dimanche matin, après une nuit glaciale, tout le monde croise les doigts pour que la voiture démarre. Après quelques essais, le moteur tourne et Benoît arrive sans souci à l'assistance pour un changement de pneus, le plein et surtout la réparation de l'allumage. Le problème détecté est apparemment une bougie défectueuse, ce qui devrait pouvoir se résoudre rapidement. Mais voilà, les bougies de rechange, normalement présentes dans le bac à casques, sont introuvables. Petit sprint dans le parc d'assistance pour en trouver une, mais le temps passe et personne n'a apparemment de bougie adaptée. Benoît doit donc repartir avec un moteur tournant sur 3 cylindres.

Les 2 spéciales se déroulent sans problème. Le moteur ne donne toujours pas toute sa vigueur et la voiture bouge beaucoup sur les routes bosselées et sales, mais Benoît peut rentrer pour l'assistance de la mi-journée. Entre temps, Alain est retourné au "libre service" et a pu y trouver 4 bougies. Mais il s'avère que le problème ne vient pas uniquement de là ! Sans solution, il faut motiver Benoît pour qu'il reparte et qu'il termine ce rallye.

Il fait ainsi la dernière boucle avec le moteur toujours en peine, et rejoint l'arrivée sans prendre de risque, déçu et démotivé, pensant être le dernier de sa catégorie (4ème). Mais une bonne surprise attend l'équipage : à l'affichage des temps définitifs, au parc fermé, ils sont sur le podium pour quelques secondes seulement. Benoît obtient donc ici son meilleur résultat : 3ème de la classe 13. Un podium, une coupe et un chèque viennent achever ce week-end. L'équipage est finalement plutôt heureux d'avoir rallié l'arrivée et retrouve très vite le sourire...

Il reste maintenant 6 semaines pour trouver la panne et régler les soucis de moteur, regarder les amortisseurs arrières suite aux conseils d'un autre concurrent, avant de retrouver Benoît pour la Ronde de l'Anguison le 17 avril à Corbigny.
Videos

YouTube
Photos