!
Prochaine épreuve : Rallye des Jardins de Sologne le 7 septembre
Résumés

Rallye du Brionnais 2009

Benoît LOBREAU / Cyril ROCHETTE - F2000/13 - n°106

La Clayette est le rendez-vous traditionnel pour les Lions, avec au moins une voiture est inscrite chaque année au Rallye du Brionnais. Le beau temps est au rendez-vous et il y a un beau plateau en F2000/13... La voiture est mise au parc relativement tôt dans la matinée. Benoît et son copilote du jour (Cyril, 10ème copilote différent en 11 rallyes, record à battre...) sont prêts à livrer bataille... Il va y avoir du sport !

Dès la première spéciale, c'est le début de la galère et avant même le départ : calage de la voiture sur la ligne qui refuse de démarrer pendant 5 minutes, puis uen spéciale parcourue au ralenti (perte de puissance, calage d'allumage mal effectué...), avec pour résultat 55 secondes de pénalité et près de 50 secondes perdues par rapport à 2009, et un rallye qui s'annonce comme un long calvaire... La seconde spéciale est la suite de la première, toujours avec des poneys à la place des chevaux, mais sans calage de moteur, cette fois, et encore beaucoup de temps perdu (20 à 30 secondes par rapport à 2007/2008). Retour à l'assistance, histoire de refroidir la mécanique et surtout l'esprit du pilote, un peu porté en ébullition durant la première spéciale..., et pour modifier le calage d'allumage, vérifier les niveaux, et c'est reparti pour un tour...

L'ES 3 est nettement meilleure que lors de la première boucle, même si les temps sont à peine ceux de 2008. Le trou à l'accélération est toujours présent, mais nettement moins important. La position au classement s'améliore progressivement malgré tout... Comme dans l'ES 3, cela marche nettement mieux dans l'ES 4. Pourtant, les temps ne descendent pas vraiment. Lors de la deuxième et dernière assistance, on monte la rampe de phares au xénon (enfin dans des conditions "normales" de course), et on vérifie les niveaux. Aucune modification de réglage, le rallye devra se finir comme ça...

L'ES 5 est effectuée sur le même rythme que le passage précédent. Avec un super éclairage (vive le xénon !), le temps est correct (1 seconde au kilomètre de plus que le passage de jour), bien qu'aux 2/3 de la spéciale, comme les années précédentes, le concurrent précédent a été rattrapé... et doublé un peu plus loin... Dommage pour la gêne occasionnée, car la motivation était là pour améliorer le chrono du dernier passage de jour ; d'ailleurs, les différents travers dans les virages à gauche sont là pour en témoigner... Dernière épreuve spéciale, l'ES 6, avec la dernière frayeur du rallye : le premier virage a bien failli être fatal, avec des pneus refroidis à la suite d'un arrêt de course, et une voiture réagissant un peu bizarrement dans les virages à gauche... Mais l'arrivée est au bout, et le chrono en léger retrait n'a pas d'importance...

Benoît est à l'arrivée pour la deuxième fois de la saison, en 10ème position seulement, notamment en raison de sa pénalité. Une 7ème place de classe était envisageable à la régulière... C'est tout ce qu'il faut retenir de ce rallye...
Videos

YouTube
Photos